Bienvenue sur cette page de test de deux télescopes célèbres dans le monde de l'astronomie amateur. J'ai effectué ces essais en février 2008, profitant d'avoir les deux instruments ensemble à ma disposition. Tous les essais et appréciations me sont propres et peuvent être remis en question selon la qualité d'un instrument ou d'un autre, la qualité optique d'un tube en particulier ne permettant pas de juger de la qualité de TOUS les tubes !

Les essais sont effectués sur le ciel et sur étoile artificielle, au même endroit, en même temps, sur la même monture et avec les mêmes oculaires et accessoires pour pouvoir comparer objectivement. Enfin, la collimation a été faite et refaite le cas échéant au cours des essais pour ne pas défavoriser un tube à cause d'une mauvaise collimation.


Description des matériels...

Caractéristiques Maksutov Intes M703 std. Célestron C8 XLT
Photographie
Formule optique Maksutov-Cassegrain Rumak
Schmidt-Cassegrain
Diamètre ouverture : 178 mm 203 mm
Focal ratio f/10 f/10
Longueur focale 1780±100 mm 2030 mm
Back focus 30-250 mm
Champ photographique 1°20'
Qualité optique (P-V) L/4 ou L/8 (deluxe) L/4 "diffraction limited"
Obstruction centrale(linéaire) 32% 31,3%
Focus déplacement du miroir primaire déplacement du miroir primaire
Finition Tube métalique (Alu) Tube Alu ou Carbon
Miroirs LK7, LK5 (Pyrex) Pyrex
Longueur Tube 495 mm 431 mm
Diamètre Tube 220 mm 230 mm
Poids tube seul env 7 kg env. 5,6 kg
Traitement lame/miroirs High transmission multi-coatings XLT
Chercheur en standard 10x50 6x30
Sortie porte-oculaires standard SCT standard SCT
Accessoire du tube Ventilateur de mise en température
poignée de transport
Mallette semi-rigide
Capot Métal coulissant Plastique à clips (rotation)
Collimation 3 vis sur le secondaire 3 vis sur le secondaire
Prix 1690 € (standard) / 2190 € (deluxe) 1145 € environ


Première approche...

  • Le tube du maksutov M703 est très bien fini, je n'ai pas trouvé de défaut mécanique. La mise au point se fait sans shifting, bien que relativement "raide", elle est précise et agréable à utiliser.
  • Le C8 que je lui oppose est une optique correcte, il a été testé optiquement et semble être dans le lot des C8 "normaux". Quand le ciel le permet il offre de beaux détails planétaires et de belles images du ciel profond.


    CROA...

    1ère nuit d'observation 07/02/2008

  • Mars : uniquement au chercheur, le M703 n'étant pas en température, impossible de l'utiliser, aucune image digne de ce nom. Il faut compter 1h30 à 2h pour une bonne mise en température et une image stabilisée.
  • Saturne : magnifique au M703 je ne me souvenais pas l'avoir vue aussi belle auparavant !!! Je n'ai hélas pas sorti le C8 ce premier soir, faute de temps et de préparation. L'image produite par le M703 est impressionnante de stabilité, les étoiles observées subissent une turbulence relativement forte ce soir, mais restent toutefois de toutes petites "tâches" bien circulaires et souvent entourrées d'un premier anneau renforcé. La turbulence fait bouillonner l'image mais les étoiles ne deviennent pas des "pâtés" étalés comme je vois sur le C8 quand la turbulence est là. Le tube semble donc moins sensible à la turbulence (diamètre inférieur / Qualité suppérieure ?)

    2eme nuit d'observation 08/02/2008

  • M42 : uniquement au C8, M703 pas en température : trés belle image dans le C8, avec le filtre UHC de beaux détails sont présents et le trapèze est bien résolu.
  • Saturne : la comparaison est difficile et troublante : l'image est beaucoup plus stable dans le M703. J'ai l'impression de passer mon temps à refaire la mise au point dans le C8 alors que celle-ci semble nettement plus stable et facilement "atteinte" dans le M703. Ceci dit, ce soir, le M703 ne montre pas plus de détails que le C8, je dirais même qu'à certains moments le C8 en a montré un peu plus (Cassini mieux définie, ombre de la planète sur l'anneau etc...). D'autre part, l'image est nettement plus lumineuse dans le C8 et sa focale supérieure offre un grossissement un peu plus important avec un même oculaire tout en conservant une luminosité suppérieure.
    Là ou le M703 gagne largement c'est sur la stabilité, l'image semble "flotter" comme à la surface d'une eau agitée alors que dans le C8 l'image est bien plus troublée par la turbulence. La turbulence affecte donc nettement plus le C8 que le M703. Le diamètre suppérieur du C8 et sa formule optique (primaire très ouvert) peuvent jouer un grand rôle dans cette instabilité.

    3eme nuit d'observation 09/02/2008

  • M42 au M703 : image magnifique avec une foule de détails dans la nébuleuse et des étoiles très piquées. Le trapèze est superbe et malgré la turbulence, l'ensemble apparait stable et contrasté. Chaque étoile est un "point" entouré de son premier anneau. Le contraste est visiblement meilleur que dans le C8, qui est pourtant plus lumineux ! Ceci est dû aux "énormes" lampadaires type "boule" qui innondent ma terrasse de lumière. Le M703 semble toutefois bien mieux bafflé pour lutter contre cette pollution lumineuse et malgré son diamètre inférieur, il affiche un meilleur contraste ! A noter que je n'ai jamais utilisé le ventilateur de mise en température du M703 afin d'éviter d'envoyer des poussières dans le tube.

    4eme nuit d'observation 10/02/2008

    J'ai dû me contenter de Saturne ce soir puisque j'ai mis les télescopes dehors relativement tard. D'ailleurs le C8 a été mis dehors à peine 30 minutes avant l'observation... Dans ces conditions il a été un peu désaventagé en début d'observation par rapport au M703 qui a eu plusieurs heures pour se stabiliser. L'image dans le M703 est pareille aux autres soirs. La turbulence est bien plus faible ce soir que les nuits précédentes et on peut voir cassini et de beaux détails très facilement. 4 satellites sont bien visibles.
    Dans le C8, quand la turbulence est au plus faible, les détails sont encore plus accessibles. Ce soir, le C8 est nettement plus à l'aise avec un ciel plus calme. Avec un même oculaire, le grossissement est plus fort et la luminosité supérieure au Maksutov. Cependant avec un Orthoscopique de 5mm, la mise au point devient vite problèmatique : le shifting est limité sur cet exemplaire, mais à 400x de grossissement, Saturne sort du champ (42° dans l'oculaire) quand on change de sens de mise au point. De plus j'ai réellement beaucoup de mal à faire cette mise au point !!! Avec une turbulence moyenne à faible, à très fort grossissement j'ai l'impression d'avoir passé 30% du temps à observer et 70% à refaire la mise au point. Un accessoire INDISPENSABLE pour profiter d'un C8 est le Porte-Oculaires type Crayford pour SCT. Une fois celui-ci en place, la mise au point est facilitée même si l'on continue à chercher le point de netteté. J'ai pu constater que le Mak a un "shifting" lui aussi mais il faut vraiment s'accrocher pour le déceler. Cela n'entrave pas du tout la mise au point qui est par ailleurs très "nette" et on ne la cherche pas, elle "saute" aux yeux.

    Au final, j'ai trouvé le C8 très performant ce soir. Quand la mise au point était faite, il n'a jamais montré moins de détails que le M703 et il en a montré plus quand le ciel l'a permi. Les satellites sont plus facilement visibles, la bande sur le disque planétaire est plus distincte également et plus colorée que dans le M703, Cassini est visible très facilement.

    Ma femme a pu essayer les deux instruments et a trouvé le mak nettement moins lumineux mais plus agréable. Je cite :
    "Dans le C8 l'image est plus lumineuse mais je n'arrive jamais à faire la mise au point, dans l'autre c'est plus facile..."
    En bref plus lumineux mais galère à mettre au point. J'ai été très étonné pour ma part de voir à quel point le C8 a bien marché alors qu'il était "à peine" sorti (1h). Le temps d'attente par rapport au mak est beaucoup beaucoup plus court ! Ce soir, avec une turbulence très réduite par rapport aux 3 nuits précédentes, je dirais que le C8 a creusé l'écart avec le M703 côté luminosité et couleur sur Saturne. Ce soir la collimation des deux tubes a également pu être vérifiée sur le ciel avant les observations et le C8 en a clairement bénéficié. A noter que le mak était déja pratiquement collimaté. Le M703 est donc moins lumineux que le C8 mais quelle image ! Etoiles ponctuelles et mise au point ultra facile, il a montré qu'il était plus agréable à utiliser malgré son manque de lumière face au C8.



    Comparaison M703 / C8...


    Oculaires utilisés...

  • Grand champ : Televue Panoptic 24mm et Geoptik 30mm wide 80°
  • Grossissement moyen : Orthoscopique University Optics 12,5mm et RKE Edmund Optics 15mm
  • Fort grossissement : O.U. Ortho 7mm et 5mm et Televue Powermate 2,5x + Ortho 7mm
  • Grossissement max sur Saturne : Orthoscopique 5mm : 400x avec le C8, 360x avec le M703


    Les tubes...

  • M703 : Maksutov-Cassegrain-Rumak 180/1800 F/D=10 fabriqué en Russie, optiquement le modèle testé est un "bon" M703 standard.
  • C8 : Schmidt-Cassegrain 200/2000 F/D=10 fabriqué aux USA ?, optiquement le C8 est dans la moyenne.

    Le C8 est un peu plus léger que le M703 et la queue d'aronde du M703 rivetée sur ce modèle est sous-dimensionnée et ploie sous le poids du tube... elle est donc à changer. Les modèles actuels sont équipés d'une nouvelle queue d'aronde vissée bien plus rigide. Le M703 tout équipé n'est pas un monstre mais sensiblement plus lourd que le C8. Ce maksutov a pour lui une poignée sur le haut du tube très commode pour le transport et le positionnement sur la monture. Le C8 est livré avec un chercheur 8x30 qui fait un peu "pauvre" mais quand même efficace, et que j'utilise désormais sur le C11. Sa petite taille n'est pas un défaut si vous possédez une monture GOTO qui saura se passer d'un chercheur mieux dimensionné. Le porte oculaire 1,25" d'origine du C8 est à changer d'urgence pour un 2" ou mieux, un crayford. L'oculaire 25mm a été vite rangé au profit d'oculaires plus performants et spécialisés.
    Le M703 est livré avec un chercheur de 50mm à la finition plus sérieuse et très "Russe" (tout métal). Un sac très bien fini est fourni avec le tube et est bien pratique. Un porte-oculaire 2" compatible SCT est fourni. D'autres accessoires sont fournis d'origine avec le tube (barlow, oculaire...).

    Gagnant : Egalité, chaque modèle a ses caractéristiques physiques propres et apporte plusieurs accessoires, après c'est question de goût mais non discriminant pour le choix de l'un ou l'autre. On peut aimer le style Célestron et apprécier également la finition "Russe" très sérieuse.


    Mise en température...

  • M703 : 2h au minimum. Je n'utilise pas le ventilateur de mise en température afin d'éviter d'envoyer des poussières dans le tube.
  • C8 : 45 min peuvent suffire, après 1h le tube est en général parfaitement à température.

    Gagnant : C8 mais ce n'est pas un problème en soi ni réellement un critère de choix selon moi.


    Luminosité...

  • M703 : Le diamètre de 180mm, l'obstruction centrale et le ménisque font souffrir ce tube sur le plan de la luminosité
  • C8 : net gain de luminosité sur le mak en planétaire, mais pas ou peu de gain en ciel profond à cause de la pollution lumineuse qui a plus touché le C8 que le M703.

    Gagnant : C8 : La suppériorité du diamètre du C8 est nette mais c'est en planétaire que c'est le plus flagrant.


    Piqué / contraste...

  • M703 : excellent, la collimation aurait pu être un poil améliorée les premiers soirs, mais même avec une légère décollimation l'image est crystaline. Sur M42, le M703 en montre plus que le C8 depuis mon balcon du fait d'un fond de ciel plus "noir" dans celui-ci que dans le C8. Les amateurs de belles tâches de diffraction seront forcément attirés par un tel instrument.
  • C8 : L'image plus lumineuse manque parfois de contraste. Les étoiles sont moins "piquées" que dans le M703. Des détails apparaissent dans le M703 qui semblent furtifs au C8 en ciel profond. Avec le C8, on sent que les détails sont là mais sont souvent brouillés. En planétaire c'est différent, le C8 affiche une image plus lumineuse plus "grosse" (focale suppérieure) et confortable et parvient gràce à cela à surpasser le M703 dés que la turbulence se calme. Le reste du temps le M703 est devant avec une image piquée et bien plus stable.

    Gagnant : M703 : Piqué et contraste reviennent tous les deux au M703 pendant 80% du temps d'utilisation. Mais le C8 passe devant quand la turbulence tombe et fait parler son diamètre et sa transmission supérieurs.


    Finition du tube / mécanique...

  • C8 : tube alu noir anthracyte et alu anodisé noir. La queue d'aronde orange et la lame LXT donnent un très bel aspect "fini" au tube. La lame XLT en particulier qui donne l'impression que le miroir secondaire "flotte" dans l'air quand on la regarde de face.
  • M703 : tube alu blanc et aluminium peint noir. L'étiquette "made in Russia" à l'arrière du tube et la finition exemplaire du tube en font un instrument plus que "respectable".

    Gagnant : égalité Difficile à dire ! Guestion de goût ! Personnellement j'aime tout autant ces deux styles, avec une petite pensée émue pour le traitement XLT de la lame du C8 qui la rend quasiment invisible.


    Bafflage...

  • C8 : baffle du miroir secondaire, tube baffle pour la circulation du primaire, nécessaire, suffisant ?
  • M703 idem que le C8 + une série de 5 baffles dans le tube qui lui produisent un fond de ciel très "noir".

    Gagnant : M703


    Lame ou ménisque ???...

  • C8 : la lame de fermeture Starbright XLT de Celestron est quasiment invisible quelque soit l'angle de vision. Un reflet pourpre est visible dans certaines conditions d'éclairement par des lumières fortes mais le miroir secondaire a l'air de flotter dans l'air la plupart du temps, ce qui impressionne toujours au premier abord. La lame étant fine, la perte de lumière dûe à celle-ci est donc très réduite.

     

     

  • M703 : Comme tous les Maksutov, son ménisque incurvé est beaucoup plus épais qu'une simple lame de Schmidt. Les traitements de surface sont également moins performants que le traitement XLT et on voit bien plus les reflets bleux-verts et pourpre dans le ménisque. La quantité de lumière perdue par le ménisque est visiblement plus importante que celle perdue par la lame du C8. En regardant de face les deux tubes en même temps, le reflet du miroir primaire est visiblement plus lumineux dans le C8 que dans le M703.

    Gagnant : C8

     


    Capot de protection...

  • C8 : le capot plastique se pose puis se "clipse" par une fraction de tour. Le capot ne bouge plus et sécurise bien la lame.
  • M703 : le capot métal a un bord trop fin pour tenir en place correctement. La feutrine qui habille l'intérieur du contour du capot n'offre pas un frottement suffisant pour maintenir fermement ce dernier sur le tube une fois en place et on a souvent tendance à le perdre, au péril du ménisque... En rajoutant de la feutrine on peut toutefois grandement et facilement améliorer ce point

    Gagnant : C8


    Mise au point...

  • C8 : par mollette de mise au point à l'arrière du tube causant un fort shifting de l'image et un "flop" du miroir lors du passage au méridien. A noter qu'il faut TOUJOURS finir la mise au point en tournant la mollette dans le sens inverse des aiguilles d'une montre afin d'éviter de voir le miroir descendre légèrement au delà du mouvement de la mollette... La mise au point ne peut se faire facilement qu'avec un porte oculaire crayford pour SCT.
  • M703 : idem mais avec un système différent qui ne cause quasiment pas de shifting et aucun "flop". La mise au point est un vrai régal avec cet instrument par rapport au C8.

    Gagnant : M703


    Qualité optique...

  • C8 : la tâche de diffraction renvoyée par le C8 sur étoile artificielle est correcte et bien centrée mais présente de la diffusion. En défocalisant beaucoup, on observe une figure légèrement torturée au lieu d'un "donut" parfait. Avec d'une défocalisation plus faible, les anneaux ne sont pas parfaitement "ronds" et légèrement irréguliers et quelque soit la justesse de la collimation je n'arrive pas à obtenir une tâche de diffraction tout à fait "parfaite". Ceci étant, l'optique a été testée et répond bien aux critères de qualité de la marque. L'instrument est dans la norme des C8 et offre une image telle qu'attendue d'un tel instrument.
  • M703 : la tâche de diffraction est bien visible, on voit nettement un premier anneau renforcé et plusieurs autres plus ténus. On voit comme dans le C8 une figure caractéristique d'un instrument obstrué à 34% mais les figures renvoyées par le Maksutov pourraient tout aussi bien sortir d'un livre sur l'optique tant elles sont fines, symétriques et régulières. Lorsque la mise au point est faite, la tâche est parfaitement ronde. J'ai toutefois pu déceler des images "fantômes" tout autour de la tâche et à bonne distance, formant comme une mosaïque. Peut être un effet d'optique ou un reflet lié à la formule employée ? Quoi qu'il en soit, ces figures sont lointaines par rapport à la tâche de diffraction, extrèmement ténues, et ne sont pas perceptibles sur le ciel. L'optique du M703 (non deluxe) testé est donc de bonne qualité et les images produites sont piquées, stables et fines !

    Gagnant : M703


    Cette image illustre les reflets "fantômes" que j'ai observés sur des objets très brillants (Sirius)
    Source : CloudyNights.com


    Conclusion...

    Il est TRES difficile de départager un C8 d'un M703, en tout cas beaucoup plus difficile que je ne l'aurais pensé au départ. En comptant les résultats, le C8 l'emporte sur le papier de nombreuses fois mais dans la réalité, les choses ne sont pas si simples !

    Pour ma part, je m'attendais soit à une forte domination du C8, par son diamètre suppérieur et sa meilleure transmission de lumière (lame de schmidt fine, traitement XLT sur toutes les surfaces), soit à une écrasante victoire du M703 par le piqué de ses images (le deuixème effet "Maksutov", le premier étant le poids...). En fait il n'en est rien !
    Oui le C8 est plus lumineux, mais cet avantage disparait à la moindre lumière parasite qui fait monter le fond de ciel et se diffuse dans l'image.
    Oui le M703 est plus piqué et contrasté, mais lorsque la turbulence se calme, le C8 arrive à montrer autant de détails du fait de son diamètre, avec une image qui semble néanmoins systématiquement plus "perturbée" ou "torturée".

    Le C8 garde pour lui une bonne luminosité pour le planétaire et le ciel profond sous un ciel non pollué et calme.
    Le M703 garde pour lui la stabilité étonnante de ses images, qui donne cette grande impression de piqué et de facilité de mise au point, même dans des conditions relativement difficiles de turbulence.

    Pour ma part, je trouve ces deux instruments à la fois très différents et d'une bonne qualité globale. J'ai dû revendre les deux tubes, souhaitant acquérir un C11. Leurs nouveaux propriétaires ont eux aussi apprécié les qualités de ces tubes.

    J'avoue garder un excellent souvenir du C8 pour sa légèreté et sa compacité et du Mak 703 pour ses qualités intrinsèques. Le C11 est nettement suppérieur à ces tubes mais hélas nettement plus lourd à mettre en oeuvre et bien plus exigeant en terme de qualité de ciel.

    Je ne peux pas réellement départager les deux tubes, mais sachez que vous ne pourrez pas être "déçu", dés lors que leur qualité optique sera bonne. Chaque tube ayant des points positifs et négatifs, le choix se fera en fonction de vos priorités. Notez que le Maksutov M703 existe en version Deluxe avec une qualité optique et un traitement du ménisque supérieurs.

    Dernière remarque, au niveau du prix... Et ce serait peut être la seule façon de départager ces tubes. Le prix public du M703 hors promotions et soldes est plus élevé (nettement pour le Deluxe) que celui d'un C8 qui est pourtant d'un diamètre suppérieur !
    La qualité des M703 est réputée stable et globalement meilleure que celle des C8 qui ont quand à eux une réputation assez mitigée. Eu égard à la difficulté de les séparer clairement sur le terrain, la question peut se poser en ces termes.

     

    Notes globales

    Celestron C8 Intes Micro M703
    Mécanique/Finition
    Qualité Optique
    Luminosité
    Contraste
    Confort/MAP
    En planétaire
    En ciel profond
    Accessoires

    Note : Ce test est réalisé à titre informatif et nous ne vendons pas de lunettes ou de télescopes astronomiques.