Lot de 5 Filtres photométriques CMOS UBVRI - coulant 31,75mm (M28) - Baader

Réf.: BA-2961750
CCBot/2.0 (https://commoncrawl.org/faq/)
698,90 €
Jeu de 5 filtres photométrique UBVRI
Produitsur commande
Format du filtre :

Ensemble de 5 filtres photométriques type Bessel U+B+V+R+O. Ces nouveaux filtres sont optimisés pour les caméras CMOS modernes et offrent un maximum de performances y compris avec les capteurs les plus modernes.

En bref…

  • Taille : format au choix dans une large gamme de filtres montés ou non
  • Jeu de filtres UBVRI pour études photométriques avec caméras CMOS modernes monochromes
  • Revêtement antireflet "Reflex-Blocker" - la lumière parasite et les reflets sont réduits à un niveau sans précédent
  • Bords noircis avec indicateur frontal (bord extérieur noirci en direction du télescope)
  • Life-Coat - un revêtement encore plus dur pour une durée de vie pratiquement illimitée
  • Chaque filtre est livré dans un emballage plastique empilable avec étiquette

Filtres optimisés CMOS de Baader-Planetarium

Les filtres entièrement repensés et optimisés CMOS de Baader fonctionnent parfaitement avec toutes les caméras CMOS les plus récentes. Les nouveaux capteurs CMOS hautement sensibles nécessitent des filtres spéciaux pour en tirer le meilleur parti. Ces capteurs sont beaucoup plus sensibles aux reflets et aux halos. Baader a pris en compte cette tendance avec les nouveaux filtres optimisés CMOS. Les filtres Baader sont le nouveau standard en astrophotographie avec des capteurs CMOS.

Format au choix

  • coulant 31,75mm : monté dans un barillet low profile (compatible roues à filtres) diamètre 31,75mm, filetage M28,6 standard, ouverture utile environ 26mm, épaisseur du filtre : 2mm
  • coulant 50,80mm : monté dans un barillet low profile (compatible roues à filtres) diamètre 50,80mm, filetage M48 standard, ouverture utile environ 46mm, épaisseur du filtre : 2mm
  • 31mm rond non monté : le filtre est une lame de verre ronde sans barillet, idéalement utilisable dans les roues à filtres, épaisseur : 2mm
  • 36mm rond non monté : le filtre est une lame de verre ronde sans barillet, idéalement utilisable dans les roues à filtres, épaisseur : 2mm
  • 50,4mm rond non monté : le filtre est une lame de verre ronde idéalement utilisable dans les roues à filtres, épaisseur : 3mm
  • section carrée 50 x 50mm non monté épaisseur 3mm
  • section carrée 65 x 65mm non monté épaisseur 3mm
  • section carrée 100 x 100mm non monté épaisseur 3mm

Un peu d'histoire !

Les filtres pour l'astrophotographie sont constamment améliorés pour les adapter aux systèmes d'imagerie modernes et aux conditions environnementales changeantes. Les filtres à bande étroite Baader optimisés CMOS sont le meilleur exemple de ce processus de développement et de recherche. Il existe d'autres demandes pour ces filtres qui sont utilisés pour la science au lieu de jolies images : ils doivent fournir des données comparables même avec des ensembles de données vieux de plusieurs décennies. Les nouveaux développements doivent donc non seulement améliorer la production des images et la manipulation mais également se garder de modifier les caractéristiques du filtre elles-mêmes.

Les filtres utilisés aujourd'hui pour la photométrie scientifique avec capteurs numériques remontent aux jeux de filtres introduits par Johnson et Cousins, qui ont été développés dans les années 1950-1970 et qui ont été adaptés dans les années 1990 par M. Bessel pour les caméras CCD.

Les filtres UBV d'origine étaient constitués d'un simple verre tinté dans la masse, en partie sans revêtement protecteur. Par conséquent, le filtre V, par exemple, fonctionnait à merveille sur des sites d'observation secs. Cependant, parce que son matériau BGT39 était exposé à l'environnement sans protection et avait des propriétés hygroscopiques, il vieillissait s'il y avait une forte humidité : ainsi, dans des conditions moins favorables, il devenait rapidement trouble.

Une autre caractéristique des filtres de cette époque était que le filtre passe-bande Cousins ​​Ic, par exemple, était ouvert à l'extrémité rouge, de sorte que le capteur ou le film - au lieu du filtre lui-même - limitait la sensibilité au bord rouge du spectre. A l'extrémité bleue du spectre, en revanche, c'est l'atmosphère (humidité, altitude du site d'observation) plutôt que le filtre qui a fixé une limite. Malgré ces inconvénients, des milliers d'observations ont été faites avec les filtres UBV et les systèmes de filtrage basés sur eux.

Celui qui développe des filtres aujourd'hui a beaucoup plus de possibilités d'influencer les caractéristiques de transmission spectrale. Alors que les filtres d'origine étaient constitués de verres colorés et de verres de protection d'épaisseurs et de transmissions différentes, qui en plus n'étaient pas résistants au vieillissement, on peut désormais fabriquer des filtres diélectriques dont les caractéristiques permettent des fenêtres de transmission très bien définies - mais ils sont plus raides que les fenêtres de transmission d'origine, et dépendent du rapport focal. Sur les télescopes rapides avec f/2-f/4, ils fonctionnent un peu différemment que sur les télescopes lents avec f/8, et comme l'angle d'incidence de la lumière répartie sur le champ de vision change également, il y a maintenant de nouveaux problèmes sur les télescopes modernes. télescopes avec de grands capteurs CCD qui étaient inconnus sur les vieux télescopes lents avec caméras argentiques. Un filtre photométrique moderne n'a donc pas à fournir des fenêtres de transmission parfaitement délimitées avec des bords raides, mais des données comparables aux anciens jeux de données (ne serait-ce qu'en utilisant des algorithmes de conversion fiables).

Le système des filtres photométriques UBVRI a été développé dans les années 1950 pour le télescope de l'observatoire McDonald de 0,9 m et consistait initialement en un ensemble de filtres Johnson UBV, ensuite étendu par Cousins ​​pour inclure les filtres R et I pour la région rouge du spectre. Les filtres du système UBVRI étendu selon Johnson and Cousins ​​comprennent :

  • U – Ultraviolet, avec une fenêtre de transmission comprise entre environ 320 et 400 nm
  • B – Bleu, avec une fenêtre de transmission comprise entre environ 400 et 500 nm
  • V – Visible, avec une fenêtre de transmission comprise entre 500 et 700 nm environ
  • R – Rouge, avec une fenêtre de transmission comprise entre environ 550 et 800 nm
  • I – Infrarouge, avec une fenêtre de transmission comprise entre environ 700 nm et 900 nm.

Selon l'état de l'art à cette époque, les filtres avaient des épaisseurs et des valeurs de transmittance différentes ainsi qu'aucun bord bien défini (le cas échéant). Leur spectre correspond donc à une courbe au lieu d'un plateau.

Filtres Bessel à l'ère numérique

En 1990, M. S. Bessel s'est penché sur le sujet afin de trouver une combinaison de filtres pour les nouvelles caméras CCD de plus en plus répandues à l'époque. Ces filtres Bessel-UBVRI sont encore standard aujourd'hui et sont aussi les plus utilisés dans les milieux amateurs comme l'AAVSO. Le filtre V en particulier s'est avéré être une introduction peu coûteuse à la photométrie : il correspond approximativement à la luminosité visuelle ; comme une seule valeur mesurée est utilisée, c'est optimal pour connaître les techniques.

Depuis 2010, le Planétarium Baader propose des filtres photométriques UBVRI selon Bessel, qui protègent les verres colorés du vieillissement avec un revêtement diélectrique et fournissent en même temps les propriétés de transmission souhaitées. Ce n'est pas du tout une évidence : malheureusement, les comparaisons de l'AAVSO ont montré que tous les "filtres de Bessel" modernes ne présentent pas réellement les flancs irréguliers des véritables filtres de Bessel, mais qu'à la place, il existe souvent des plateaux aux flancs raides. Ces fortes pentes sont facilement réalisables avec des filtres diélectriques, mais les données obtenues avec eux ne sont tout simplement pas comparables, ou difficilement, avec les anciens jeux de données. Comparez par vous-même : Vous pouvez trouver les spectres de transmission dans la description du produit.

  • Lot de 5 filtres photométriques U + B + V + R + I (format au choix, voir ci-dessus)
  • Plan optiquement poli pour conserver toute la netteté du télescope.
  • Pas de reflet, pas d'image fantôme.
  • Anti-reflet multicouches ultra-résistant spécifiquement étudié pour les caméras CMOS modernes.
  • Système de couches d'interférence résistant aux rayures
  • Contraste accru grâce à des demi-largeurs plus étroites (FWHM) ;
  • Reflex blocker coatings pour une insensibilité maximale aux reflets avec correcteurs, réducteurs et optiques auxiliaires similaires ;
  • Tous les filtres ont des épaisseurs standard de 2mm sauf les modèles 50x50 et 65x65mm carrés non montés qui ont une épaisseur de 3mm.
  • Filtres parafocaus - pour tous les filtres d'une même série, la refocalisation n'est pas nécessaire en raison des différentes épaisseurs de filtre
  • Tous les filtres ont des bords noircis avec le marquage sur la face avant du filtre (bord extérieur noir sur la face avant), de sorte que toute réflexion sur le bord du filtre est également évitée ;
  • Chaque filtre est individuellement poli et traité optiquement, avec un bord de revêtement scellé. Cela empêche l'humidité de pénétrer.
  • Life-Coat est synonyme d'un revêtement encore plus dur et résistant au vieillissement, de sorte que l'installateur peut résister aux conditions les plus défavorables et offre des performances de filtre complètes même après des années ;
  • Chaque filtre est livré dans une boîte de filtre empilable pour un stockage et un transport optimaux avec un étiquetage individuel, donc le changement de filtre est plus facile même la nuit


Il n'y a pas encore de commentaire sur ce produit.

Veuillez vous identifier pour poster un commentaire. Connexion