Support microstage II Baader escamotable, verouillable, pour observation instantanée visuelle et photo

Réf.: C-2450330
32,50 €
Un support Microstage II parfait pour obtenir de belles photos de façon simple mais précise.
envoyé sous 3 à 5 jours

Le support universel pour la digiscopie. Sa pince se monte sur pratiquement toutes les longues-vues du marché et son mécanisme escamotable et verrouillable permet de basculer rapidement en mode visuel ou photo.

Adaptateur de caméra 2 "pour appareils photo numériques compacts (pour oculaires de diamètres compris entre 29 et 63 mm).

Prise en main sûre ! Pince oculaire de 25 mm de large pour tenir en toute sécurité des caméras lourdes sans aucune torsion. Construction beaucoup plus rigide mais très léger (215 g).

Pour la photographie par projection afocale.

Le Microstage II est parfait pour débuter la photographie numérique avec des appareils photos compacts, à travers l'oculaire de télescopes, lunettes de détection ou même une paire de jumelles. Avec ces optiques vous devez faire "une projection d'image afocal".

Généralement pour avoir une bonne image, l'appareil photo doit être centré et positionné proche de l'oculaire mais cette manipulation n'est pas toujours facile. Or avec Microstage II, vous pouvez positionner parfaitement votre appareil photo et attendre le bon moment.Il vous permet de balancer facilement l'appareil photo pour regarder à travers l'oculaire. Lorsque vous êtes sur le point de prendre une photo, il vous suffit de faire pivoter l'appareil vers l'arrière .Le bras se vérouille dans sa position initiale et vous pouvez prendre votre photo.

  • Le Microstage II peut être plié dans une configuration très compacte (18,5x12x2,6cm).
  • Le bras pivotant robuste tient les caméras jusqu'à 1.5 kg.
  • Convient à tous les oculaires de diamètre compris entre 29 et 63 mm
  • Inclus: sac en cuir souple pour un rangement sans rayures avec votre équipement optique coûteux.


Il n'y a pas encore de commentaire sur ce produit.

Veuillez vous identifier pour poster un commentaire. Connexion