Pour analyser le résultat d'une image il faut nécessairement utiliser une configuration d'astro-photographie "complète" :

  • un télescope ou lunette astronomique équipé(e) de son correcteur + apn, bien collimaté, bonne mise au point, etc...
  • une monture mise en station correctement (visée polaire précise)
  • un système d'autoguidage en parallèle ou via un diviseur optique adapté pour guider la monture

Concernant les défauts sur les premières images obtenues :

  • soit le défaut est non-uniforme (la forme des étoiles diffère selon l'endroit du champ) et il s'agit alors d'un défaut optique quelconque (position du correcteur par rapport au capteur, tilt, collimation etc...) ou même carrément absence de correcteur (horrible ;-)))
  • soit le défaut est uniforme (étoiles avec la même forme partout) et il s'agit alors d'un problème mécanique (suivi, autoguidage, mise en station, tout...)

On constate qu'aucune (AUCUNE) monture ne peut suivre parfaitement le déplacement des étoiles, aussi bonne soit la monture il y a une erreur périodique à savoir des accélérations, décélérations permanentes liées à la mécanique (roulements, poulies, etc...) qui ne sont jamais strictement parfaits.

Comment analyser la source du problème ?

  • La première chose à faire est d'orienter l'appareil photo de sorte d'avoir l'axe AD dans l'horizontal de la photo et l'axe DEC dans la verticale, au moins pour les premiers essais, pour déterminer si les étoiles sont "déformées" dans le sens de l'ascension droite ou de la déclinaison.
  • Si le problème est essentiellement en déclinaison c'est que la mise en station est mauvaise (visée polaire) ou qu'il y a des flexions dans le montage des éléments. Si le problème est essentiellement en ascension droite (cas général) c'est "normal" il faut le corriger par un système d'autoguidage adéquat.

La façon de corriger le suivi d'une monture est "plurielle" :

  • soit par un autoguidage (recommandé et ce qui est le plus performant)
  • soit par une PEC (attention toutefois : Le "Pec training" ne peut se faire qu'avec un système d'autoguidage en place et activé) mais cela reste imparfait en AD et ne corrige pas les dérives en DEC.
  • soit par une PEC + guidage (bof, compliqué, et parfois moins bon qu'un autoguidage "seul").

Personnellement, étant donné que l'autoguidage corrige tout très bien je ne m'embête pas avec la PEC (j'élude d'ailleurs les explications complexes et fausses données par le constructeur ou mal traduites à ce sujet) et j'active systématiquement l'autoguidage de la monture (caméra de guidage + petit instrument en parallèle ou diviseur optique dans la chaine optique selon).

Il ne sert à rien de faire un PEC training si l'autoguidage n'est pas activé car ce que fait cet apprentissage c'est enregistrer les ordres de guidage qu'envoi la caméra de guidage à la monture pour les répéter indéfiniment en boucle, partant du principe que l'erreur est périodique et que ces corrections seront appliquées de la même façon à chaque tour de la vis sans fin d'entrainement en AD.